Assurer un accès durable aux eaux souterraines peut renforcer la résilience des Mozambicains

Posté le : 9 décembre 2020

La région d’Afrique australe compte 2,5 % de la population mondiale et 9 % de tous les êtres humains vivant en situation d’extrême pauvreté ; près de 45 % de ses habitants sont dans cette situation. Leur bien-être et leur développement sont en outre compromis par l’imprévisibilité des conditions climatiques. Les eaux souterraines peuvent jouer un rôle déterminant pour stimuler la croissance de la région. En effet, moins tributaires de précipitations insuffisantes et irrégulières, elles sont plus résilientes face au changement climatique, mais restent encore sous-exploitées.

Les eaux souterraines, qui sont la principale source d’eau pour 70 % des populations de la communauté de développement d’Afrique australe (SADC), servent à la consommation d’eau potable et à l’assainissement, et soutiennent les moyens de subsistance, l’agriculture, les écosystèmes, la santé et la croissance industrielle. Une exploitation responsable des eaux souterraines permettrait d’alimenter en eau potable les quelque 40 % de la population de la SADC qui ne disposent pas actuellement d’un accès suffisant à de l’eau salubre et à des services d’assainissement. Elle permettrait également d’atténuer la pression exercée sur les eaux de surface de la région et d’aider les populations locales à surmonter les périodes de sècheresse.

La majeure partie des eaux souterraines d’Afrique australe se trouve dans 30 vastes aquifères transfrontaliers. Il est donc essentiel de définir une approche régionale et une vision commune de la dynamique des eaux souterraines pour assurer leur utilisation durable à grande échelle.

L’Institut de gestion des eaux souterraines de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC-GMI), avec le soutien du programme de Coopération pour les eaux internationales en Afrique (CIWA) et du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), contribue à la réalisation de l’ODD6 : Eau propre et assainissement, en encourageant une utilisation durable des eaux souterraines en Afrique australe. SDG 6: Clean Water and Sanitation for All by promoting the sustainable use of groundwater in the Southern Africa region.

« Nous n’avons de cesse de démontrer la contribution inestimable des eaux souterraines au renforcement de la résilience lorsqu’elles sont utilisées de manière durable par les communautés pour assurer leur subsistance et les activités WASH (Eau, assainissement et hygiène). Nous ne nous contentons pas de mettre en place des environnements propices aux initiatives de gestion durable des eaux souterraines, nous pilotons également des projets d’infrastructure novateurs pour assurer l’accès des communautés à ces ressources. »

Brighton Munyai — Spécialiste principal en eaux souterraines — SADC-GMI. 

Assurer au Mozambique un approvisionnement en eau potable

La Banque mondiale soutient les efforts déployés par le Mozambique pour assurer un approvisionnement durable en eau potable au moyen des eaux souterraines et contribue à améliorer la capacité de production hydrique en développant les infrastructures. Ainsi, le projet de soutien opérationnel et institutionnel au secteur de l’eau du Mozambique (WASIS — Water Services and Institutional) Support) mis en œuvre dans les villes de Tete, Moatize et Pambe assurera l’approvisionnement en eau à 200 000 personnes.

Le manque d’accès à l’eau potable nuit à la santé de nombreuses communautés rurales au Mozambique. Selon le dernier recensement réalisé en 2017, seuls 35 % des populations vivant en zone rurale avaient accès à des sources d’eau améliorées, contre 77 % dans les zones urbaines, tandis que les habitants des zones périurbaines étaient généralement laissés pour compte Les services publics d’alimentation en eau des quartiers périurbains de Maputo et de Matola ne desservent pas tous les habitants et près de 1,2 million d’entre eux (soit près de 40 % de la population) dépendent de systèmes d’approvisionnement en eau privés qui exploitent les eaux souterraines.

Le Mozambique a pris des mesures résolues pour relever ce défi et renforcer le secteur de l’approvisionnement en eau. Les mécanismes qu’il a mis en place permettent aux consommateurs de se faire entendre et d’assurer que les services répondent mieux aux besoins des utilisateurs.

CIWA soutient le programme plus général de SADC-GMI qui entend assurer un approvisionnement en eaux souterraines aux régions isolées du pays. L’un des projets a été mis en œuvre à Muchocolote, dans le district de Matutuine de la province de Maputo au sud du Mozambique.

Malgré de légers retards imputables à la COVID-19, l’installation d’une pompe solaire dans le cadre de ce projet a permis d’approvisionner en eau près de 2 000 habitants et de réduire radicalement le chemin que les femmes et les filles devaient parcourir pour aller chercher l’eau.

« Nous apprécions les progrès accomplis. Avant, je rentrais épuisée d’une longue journée de travail au champ et je devais trouver le moyen d’aller jusqu’au point d’eau, qui est éloigné. La vie est désormais plus facile parce que l’eau dont nous avons besoin pour nous et nos animaux est plus proche. »

Linda Linda Fazenda Sucane, Agricultrice.

Grâce à ce projet, la population dispose aujourd’hui d’un approvisionnement en eau durable, fiable, et plus accessible. Malgré son isolement, le village de Muchocolote attire désormais de nouveaux habitants grâce à son accès à l’eau potable. Les autorités locales ont constaté une croissance de la demande de terrains qui devrait se traduire, à terme, par une augmentation de la population.

Les avantages pour les habitants sont multiples : l’accès à l’eau potable contribuera à réduire la morbidité ; les ménages pourront faire des économies, et la diminution du nombre de jours de travail manqués parce qu’un adulte ou un enfant est malade permettra d’accroître la productivité et les revenus. Les femmes pourront mettre à profit le temps qu’elles ne consacreront plus à la corvée d’eau pour se lancer dans d’autres activités productives. À long terme, la disponibilité de ressources en eau peut réduire les taux de mortalité et offrir la possibilité d’entreprendre de nouvelles activités commerciales.

CIWA encourage la gestion durable des eaux souterraines en Afrique

CIWA est convaincu que la gestion durable des eaux souterraines fait partie des solutions qui permettront de résoudre les difficultés que connaît l’Afrique dans le domaine de l’eau. La nouvelle initiative de CIWA sur les eaux souterraines au Sahel contribuera à solidifier les bases d’une amélioration des informations disponibles sur les eaux souterraines dans le Sahel occidental et de renforcer les capacités de gestion de ces dernières.

Dans le cadre de l’Initiative pour les eaux souterraines de la Corne de l’Afrique (HoA-GWI), CIWA encourage la coopération régionale en matière de gestion et de mise en valeur des eaux souterraines dans les États membres de l’autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) en renforçant les systèmes de savoir, les capacités nationales et régionales et en évaluant la faisabilité de certains investissements.

Le projet de Muchocolote, ainsi que d’autres projets importants concernant les eaux souterraines mis en œuvre dans la SADC, peuvent inciter les pays à prendre des mesures concrètes pour exploiter les ressources en eaux souterraines de manière à stimuler leur croissance socioéconomique et améliorer la santé de leurs populations.

Auteurs :

James Sauramba, Directeur exécutif de SADC-GMI

Anna Cestari, Spécialiste principale en gestion des ressources en eau et Cheffe d’équipe, Pogramme de gestion durable des eaux souterraines dans les États membres de la SADC

Partager

UK AID
Ministry of Foreign Affairs (Netherlands)
Norwegian Ministry of Foreign Affairs logo
Sweden Sverige
fr_FR