La CIWA lance le programme Champions masculins pour l'autonomisation des femmes afin de remédier aux inégalités entre les sexes dans les eaux transfrontalières.

Posté le : 22 août 2023

 

Le programme de Coopération pour les eaux internationales en Afrique (CIWA) intensifie ses efforts depuis 2020 au travers d’initiatives ciblées à fort impact afin de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine des eaux transfrontalières en Afrique subsaharienne. Le cadre de parité femmes-hommes et d’inclusion sociale (GESI)(en anglais) élaboré par CIWA propose une approche porteuse de transformations visant à guider les initiatives liées à la gestion de ces ressources en Afrique. CIWA sait que les difficultés rencontrées par les femmes dans le secteur de l’eau sont dues aux normes patriarcales profondément enracinées qui empêchent toujours ces dernières de s’exprimer et de participer aux discussions et à la prise de décision dans ce secteur. Selon diverses études, l’accroissement de la participation des femmes à la gestion des ressources en eau a pour effet d’améliorer les résultats en matière de développement économique et humain. Cliquez pour tweeter

Le cadre porteur de transformations proposé par CIWA pour la parité femmes-hommes et l’inclusion sociale repose sur la remise en cause de traditions culturelles et de normes sociales qui ne permettent pas aux femmes de participer à la prise de décision sur un pied d’égalité avec les hommes. Pour CIWA, l’autonomisation des femmes dans un tel cadre implique que ces dernières sont égales aux hommes à tous les niveaux et dans tous les secteurs d’influence et que les relations entre les hommes et les femmes doivent évoluer grâce à une action menée auprès de toutes les parties prenantes, dont certaines pourraient s’opposer à l’évolution des normes sociales. Pour atteindre cet objectif, CIWA encourage la poursuite d’interventions durables, multisectorielles et à plusieurs niveaux dans le cadre de ses programmes et de ses activités. Il doit, à cette fin, encourager les principales parties prenantes à trouver des opportunités de transformer les rapports de force et de s’attaquer aux inégalités entre les femmes et les hommes.

Les hommes étant souvent les principaux acteurs, influenceurs et décideurs des institutions chargées de la gestion de l’eau et des communautés locales, La CIWA lance le programme Champions masculins pour l'autonomisation des femmes afin de remédier aux inégalités entre les sexes dans les eaux transfrontalières. Cliquez pour tweeter en tant que moyen novateur de tirer parti de l’influence des hommes pour rompre avec les rôles traditionnellement dévolus à chaque sexe et promouvoir le changement. L’initiative vise à profiter des positions stratégiques occupées par les hommes pour amener ces derniers à débattre avec d’autres hommes des moyens de surmonter les inégalités entre les genres et de créer un environnement propice dans lequel les femmes peuvent contribuer, sur un pied d’égalité, à promouvoir la coopération transfrontalière.

L’initiative poursuit notamment les objectifs suivants :

  1. Faire mieux prendre conscience de l’importance du rôle que les hommes peuvent jouer dans la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine des eaux transfrontalières,
  2. Identifier les mesures et les initiatives que les champions masculins peuvent prendre pour favoriser cette égalité au sein des institutions chargées de la gestion des eaux transfrontalières, et
  3. Donner l’occasion aux champions masculins de prendre des initiatives individuelles et collectives pour donner aux femmes des possibilités de jouer un rôle plus important dans les institutions et les projets liés aux ressources en eau transfrontalières.

CIWA a lancé à titre pilote le projet Champions masculins dans certaines sous-régions d’Afrique en juin 2023. Huit champions représentant différents segments des diverses institutions chargées de la gestion de l’eau ont participé à un atelier pilote d’une journée. Ils ont été sélectionnés en raison de leur ferme engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes ainsi que des efforts professionnels et personnels qu’ils ont déployés à cette fin dans le secteur de l’eau. Ils ont ainsi, entre autres, procédé à des opérations de suivi et d’évaluation tenant compte de la dimension de genre, ont rempli les fonctions de point focal pour les questions de genre, ont mis en place un programme de mentorat pour les femmes et promu l’égalité entre les femmes et les hommes dans le cadre des activités du Discours du bassin du Nil.

Photo Credit: Nile Basin Discourse

Les participants ont réfléchi à la manière dont leurs expériences personnelles et socioculturelles ont influencé leurs vues sur l’égalité entre les femmes et les hommes, et ont cherché à déterminer comment utiliser leurs convictions et leur engagement en ce domaine pour lutter contre les inégalités de genre. Ils ont recensé les différentes manières dont les hommes et les femmes sont censés se comporter. Ils ont également réfléchi à ce que devrait être le rôle d’un champion masculin, aux éventuels obstacles à surmonter et aux mesures à prendre pour mener à bien leur mission.

L’atelier comprenait une session sur les difficultés rencontrées par les femmes dans le secteur des eaux transfrontalières. Les participants ont déterminé que les femmes étaient considérées de manière stéréotypée comme des utilisatrices qui ne participaient pas à la prise de décisions concernant l’emploi et la gestion de l’eau, ce qui expliquait leur faible participation à la mise en valeur et à la gestion de ces ressources. Ils ont notamment relevé le manque de possibilités pour les femmes d’exprimer leurs points de vue, les attitudes négatives suscitées par leur participation aux négociations, l’absence de perspectives de carrière et de mentorat. Les participants ont conclu l’atelier en réaffirmant leur motivation et leur détermination à assumer le rôle de champion masculin. Il s’agit pour certains d’une occasion de trouver de nouveaux moyens de surmonter les difficultés rencontrées pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes en apprenant, en partageant et en contribuant de manière collective à la transformation d’un cadre marqué par les inégalités de genre. D’autres ont fait part de motifs personnels, liés à leur environnement local.

Les champions masculins ont convenu conjointement de la série de mesures initiales devant être prises afin de maintenir la dynamique enclenchée par cette initiative novatrice. Les mesures suggérées à court terme consistent, notamment, à élaborer un plan d’action pour promouvoir l’initiative, à organiser des réunions mensuelles consacrées à la mise en œuvre desdites mesures, à la promotion du initiative par une action de plaidoyer et d’information, à l’augmentation du nombre de ses membres et à la mise en place d’une plateforme de médias sociaux. Il a également été suggéré d’actualiser les politiques afin qu’elles tiennent davantage compte de la dimension de genre, d’accroître le nombre de femmes occupant des postes de direction, de systématiquement tenir compte des points de vue des femmes et des filles dans les études d’impact sur l’environnement et d’examiner comment recruter davantage de spécialistes des questions d’égalité des genres. Des mesures à long terme seront également définies sur la base des données préliminaires et des enseignements tirés de ce projet pilote.

© | Cooperation in International Waters in Africa
fr_FR