Assurer la sécurité alimentaire des populations locales du Botswana et du Zimbabwe en leur donnant accès à l’eau

Posté le : 21 mars 2022

 “« Informer la population de l’existence des eaux souterraines et lui donner accès à ces dernières »


Les produits frais permettent de nourrir des familles et la production excédentaire de dégager des revenus. Crédits photo : SADC-GMI 
Fresh produce is used to feed families and generate income from the surplus. Crédits photo : SADC-GMI

La région de la SADC doit impérativement garantir l’exploitation durable des eaux souterraines pour assurer la sécurité hydrique et alimentaire, et atténuer les effets croissants du changement climatique. Dans cette optique, l’Institut de gestion des eaux souterraines de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC-GMI) s’efforce de mettre en œuvre des projets susceptibles de transformer la vie des populations sur le terrain. Cette démarche transparaît dans les nombreux projets mis en œuvre par l’Institut dans cette région, et notamment les projets pilotes d’approvisionnement en eau menés dans des villages du Botswana (Gobojango et Tsetsebjwe) et du Zimbabwe (Dite et Whunga). 

Ces projets ont été initialement mis en œuvre en 2007 et 2011 dans le cadre du projet de gestion des eaux souterraines et de la sécheresse dans les États de la SADC, financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM). L’évaluation menée par SADC-GMI en 2018 a montré que ces projets n’étaient pas opérationnels pour diverses raisons et que les équipements devaient être remis en état aussi bien au Botswana qu’au Zimbabwe.

Conscient du rôle déterminant joué par les eaux souterraines dans une région où 11 millions de personnes au moins sont confrontées à de graves pénuries alimentaires en raison de la sécheresse causée par le changement climatique, SADC-GMI a lancé plusieurs interventions pour aider les populations locales à se procurer de l’eau potable pour leur usage domestique et agricole. Ces trois dernières années, dix États membres de la SADC ont pu bénéficier des interventions soutenues par SADC-GMI grâce au système de subventions subsidiaires prévu dans le projet de gestion durable des eaux souterraines dans les États membres de la SADC. Ce dernier a été financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et le programme de Coopération pour les eaux internationales en Afrique (CIWA), avec le soutien de la Banque mondiale. Il s’inscrit dans le droit fil des efforts déployés par SADC-GMI pour répondre aux difficultés hydriques auxquelles la région de la SADC est confrontée et pour s’assurer que les populations ont accès à une eau propre et potable susceptible d’améliorer leurs moyens de subsistance.

Les projets visaient avant tout à remettre en état les infrastructures communautaires d’eau souterraine et à permettre aux ménages de se procurer l’eau nécessaire pour leurs besoins domestiques et leurs activités de subsistance, notamment en période de sécheresse. Ils avaient également pour objectif d’assurer un approvisionnement durable en eau souterraine pour les besoins horticoles des sites pilotes en recourant à des solutions de substitution durables de manière à atténuer les effets du changement climatique.

En 2018, SADC-GMI a relancé les projets communautaires de Dite et Whunga dans le bassin du fleuve Limpopo au Zimbabwe. Ces deux communautés se trouvent à proximité de Beitbridge, une zone sèche très chaude où les températures peuvent atteindre 40 degrés Celsius. Depuis quelques années, leurs populations ont de sérieuses difficultés à s’approvisionner en eau, ce qui compromet leurs moyens de subsistance, notamment l’agriculture et les autres tâches domestiques qui exigent de l’eau. 

Dite et Whunga avaient toutes deux d’anciens équipements hydrauliques (un puits à Dite et un barrage de sable à Whunga) mis en place dans le cadre du projet mené entre 2007 et 2011. L’équipe de projet de SADC-GMI qui les a examinés pour déterminer s’ils pouvaient encore approvisionner les communautés en eau est parvenue à la conclusion que les équipements en question étaient défectueux et devaient être remis en état. La réhabilitation de ces deux sites a eu pour effet immédiat de transformer la vie de plus d’un millier d’hommes, de femmes et d’enfants, qui bénéficient désormais d’un approvisionnement en eau fiable pour leurs besoins domestiques et économiques, indépendamment des précipitations variables que connaît actuellement la région.


Communauté de Gobojango et responsables politiques sur le site du projet lors du lancement de ce dernier projet. 
Crédits photo : SADC-GMI 

Au Botswana, 7 094 habitants ont bénéficié du projet de jardins communautaires (2 246 à Gobajango et 4 848 à Tsetsebjwet). L’approvisionnement en eau et les jardins communautaires qui ont été restaurés dans le cadre du projet ont considérablement renforcé la sécurité hydrique et alimentaire de ces populations. Le projet a également amélioré les moyens de subsistance de ces dernières qui peuvent désormais se procurer de l’eau potable pour mener des activités agricoles de subsistance et vendre des produits frais issus des jardins horticoles sur le marché local, et ainsi générer des revenus. Grâce à ce projet, les femmes et les jeunes filles ne doivent plus parcourir de longues distances pour trouver de l’eau douce. Elles peuvent aujourd’hui se consacrer à d’autres activités productives, comme les tâches ménagères et les devoirs scolaires. 

Des consultations des parties prenantes ont été menées avant le début des travaux de remise en état, afin d’établir les besoins de chaque site et de permettre aux populations locales de participer à la mise en œuvre du projet et de se l’approprier après sa réalisation. Les habitants ont également été formés à l’entretien des équipements. 

Ces interventions ont contribué à la réalisation des objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies, en particulier le sixième objectif « Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable », le premier objectif « Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde » et le troisième objectif « Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable ». 

Le principal objectif de SADC-GMI est de promouvoir la gestion durable des eaux souterraines et de trouver des solutions aux problèmes liés à ces dernières dans la région de la SADC. Nous nous réjouissons d’avoir pu mener à bien ces projets communautaires aux côtés des gouvernements du Botswana et du Zimbabwe pour informer la population de l’existence des eaux souterraines et lui donner accès à celles-ci. Ces projets ont permis d’améliorer considérablement la sécurité hydrique et alimentaire. 


Ce point d’eau, à proximité du projet de jardin communautaire de Whunga, assure un accès constant à l’eau. En arrière-plan, des potagers irrigués avec l’eau du puits. Crédits photo : SADC-GMI
Photo credit: SADC-GMI 

Partager

UK AID
Ministry of Foreign Affairs (Netherlands)
Norwegian Ministry of Foreign Affairs logo
Sweden Sverige

Plan du site

fr_FR