Un verre à moitié plein : promouvoir la parité entre les femmes et les hommes dans la prise de décisions concernant 60 % de l’eau douce de la planète

Posté le : 3 mars 2024


Femme debout sur une pirogue sur le lac Nokoue (Bénin). ©Alexander Bee/ iStock Photo

Le programme de Coopération pour les eaux internationales en Afrique (CIWA) se mobilise, à l’approche de la Journée internationale des femmes, autour du thème crucial et d’actualité retenu en 2024 : Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme. Depuis 2020, CIWA intensifie ses actions en faveur de l’égalité des genres dans le domaine de la gestion des eaux transfrontalières en Afrique subsaharienne. Il s’efforce à cette fin de s’attaquer aux traditions et aux normes sociales profondément enracinées qui empêchent les femmes de participer au processus décisionnel sur un pied d’égalité avec les hommes.

Les ressources mondiales en eau douce sont, pour 60 %, des eaux transfrontalières et, en Afrique, 90 % de ces ressources se trouvent dans 63 bassins hydrographiques partagés par plusieurs pays. Les femmes constituent près de la moitié (49,6 %) de la population mondiale. CIWA, qui s’efforce de promouvoir la gestion et la mise en valeur concertées des eaux transfrontalières (lacs, rivières et aquifères souterrains), cherche également de nouvelles façons de renforcer les institutions afin de promouvoir la parité femmes-hommes et l’inclusion sociale (GESI).

La majorité des projets soutenus par CIWA tiennent désormais systématiquement compte de ces questions.

Intégrer la parité femmes-hommes et l’inclusion sociale

Ces initiatives ont donné lieu à la mise au point de boîtes à outils facilitant la mise en œuvre de projets à fort impact et de notes thématiques, que les équipes et les partenaires peuvent adapter dans le cadre de leurs programmes respectifs afin de renforcer la conception des projets. Des formations et une assistance technique ciblées ont été fournies de manière à améliorer la parité femmes-hommes et l’inclusion sociale dans les programmes de CIWA et les opérations menées en collaboration avec des partenaires comme l’Unité de coordination du programme d’action subsidiaire des lacs équatoriaux du Nil (NELSAP-CU), le Bureau technique régional du Nil oriental (ENTRO), le Secrétariat de l’Initiative du bassin du Nil (Nile-SEC) et la Commission du bassin du lac Victoria (LVBC).

Élargir notre champ d’action

Nous avons mis au point une boîte à outils afin de veiller à ce que les projets mettent en évidence les difficultés particulières que rencontrent les groupes de population vulnérables, notamment les femmes. Nous avons également lancé une campagne de communication visant à démontrer le bien-fondé de la promotion des femmes aux postes de décision, de direction et d’expertise technique dans les institutions chargées de la gestion des eaux transfrontalières. Il s’agit notamment de montrer de quelle manière les femmes sont parvenues à surmonter les difficultés rencontrées dans un milieu dominé par les hommes, et de leur permettre de servir de modèles à d’autres femmes et jeunes filles.

CIWA a également mis au point une stratégie visant à promouvoir l’évolution des mentalités afin de lutter contre les inégalités entre les hommes et les femmes. Il ne s’agit pas seulement de savoir combien de femmes participent aux réunions sur les eaux transfrontalières, mais également de rechercher toutes les occasions permettant aux hommes et aux femmes de remettre en cause, individuellement et collectivement, les normes patriarcales.

Initiative des champions masculins

Nous avons également lancé un programme pilote, intitulé Forum des champions masculins, car nous avons constaté que les hommes agissaient souvent comme acteurs, influenceurs et décideurs dans le cadre des programmes de gestion des eaux transfrontalières et des institutions œuvrant en ce domaine. Ils sont de ce fait particulièrement bien placés pour remettre en question tout comportement masculin pouvant empêcher les femmes de contribuer à l’élaboration du programme d’action sur l’eau et de jouer un rôle moteur dans ce domaine.

Ai-Ju Huang
Spécialiste principal de l’eau et Responsable adjointe du Programme CIWA

Ellen Hagerman
Consultante sur les questions de parité femmes-hommes et d’inclusion sociale

© | Cooperation in International Waters in Africa
fr_FR